Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Téléchargez le bulletin de souscription ou Faites un don sécurisé directement en ligne

Pour les particuliers, le don est déductible : De l’impôt sur le revenu à hauteur de 66% du don
et dans la limite de 20% du revenu imposable.
Exemple : un don de 100 € = 66 € d’économie d’impôt. (Sauf particuliers ayant obtenu le label de la Fondation, pendant la durée de celui‐ci)
Ou de l’impôt sur la fortune à hauteur de 75% du don et dans la limite de 50 000 € (Cette limite est atteinte lorsque le don est de 66 666 €) Exemple : un don de 100 € = 75 € d’économie d’impôt. (Sauf particuliers ayant obtenu le label de la Fondation, pendant la durée de celui‐ci)
Pour les entreprises, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt de 60%, dans la limite de 5% du chiffre d’affaires.
Exemple : un don de 500 € = 300 € d’économie d’impôt. (Sauf entreprises ayant travaillé sur le chantier de restauration, pour les travaux figurant dans la convention de souscription).

 

I.- Le projet de restauration de l'église St Christophe

II.- La signature d'une convention tripatite.

III.- La première tranche des travaux (2013).

IV.- Le projet de seconde tranche de travaux.

V.- L'excécution de la seconde tranche des travaux ; la restauration du chevet (2016).

VI.- Recherche de fonds pour la poursuite des travaux.

 

I.- Le projet de restauration de l'église St Christophe


Comme annoncé lors de la création de l'A.P.P.B., le 1er dossier est la restauration de
l'église St Christophe, élément essentiel du patrimoine communal.
Situé sur un escarpement dominant la mer, l’édifice, datant du XIème siècle,
est victime du temps et des intempéries.
De plus, la volonté des bâtisseurs de respecter une orientation exacte Est/Ouest les a conduit à construire perpendiculairement à la déclivité sur un terrain à forte pente,
et soumis à une instabilité chronique. Les ancres des tirants se sont par endroits déformés et recourbés de manière spectaculaire. Plusieurs fissures sont visibles sur le mur nord
et l’abside est très dégradée.

Les modillons disparaissent peu à peu - les ancres des tirants se déforment -
Des remontées d’humidité et des efflorescences de sels sont visibles sur le contrefort

A l'intérieur de l'église également les dégradations font naitre de sérieuses alarmes.

Il est urgent d’intervenir pour sauver un patrimoine qui le mérite.

 

II.- La signature d'une convention tripatite.

La restauration de l’église St Christophe est une charge financière importante pour la Commune qui est Maître d’Ouvrage. Le 29 juillet 2013, une convention tripartite a été signée par la Fondation du Patrimoine, la Commune, propriétaire du bien et l'A.P.P.B.
Cela va permettre d’organiser la collecte de dons privés et d'obtenir des subventions qui ne peuvent être versées directement à la Commune.

La Fondation du Patrimoine est le premier organisme national privé indépendant dont le but est de promouvoir la connaissance, la conservation et la mise en valeur du patrimoine non protégé par l’Etat.

III.- La première tranche des travaux (2013).

La première tranche des travaux était une mission de diagnostique géotechnique nécessaire avant toute opération de restauration et à laquelle il convenait d'ajouter le coût de l'étude de l'architecte. Montant total : 8 155€ HT. Tous les dons recueillis, net des frais de gestion à destination de la Fondation du Patrimoine, ont permis de régler une partie des frais engagés à hauteur de 7 200€.
Le solde a été réglé par la Commune.

IV.- Le projet de seconde tranche de travaux.

Juin 2014, le projet la restauration du chevet est présenté par l'architecte Monsieur Hemon
au Conseil Muncipal de Bénerville-sur-Mer.

Août 2014, un appel d'offre est lancé



V .- L'excécution de la seconde tranche des travaux ; la restauration du chevet.(2016)

Les pierres dégradées ont été supprimées et les pierres récupérables ont été déposées,
nettoyées, reposées et rejointoyées au mortier de chaux.
La consolidation des maçonneries réalisée par injection de coulis de chaux, et également par une ceinture en résine (invisible) à la base de la charpente afin de reprendre les poussées, a permis de retirer le contrefort axial, rajouté tardivement et la réouverture d’une baie dont la trace était visible derrière le retable.

 



photos du chantier le 29 mars 2016

photos du chantier le 25 juin 2016

le chevet restauré

L’A.P.P.B. a proposé de prendre en charge l’installation d’un vitrail dans l’ouverture dégagée.
Après consultation, c’est le projet d’Amandine Steck, maiîre verrier à Honfleur, qui a été choisi
et le nouveau vitrail, financé par l’A.P.P.B., grâce aux dons généreux de deux familles
a été installé au mois de décembre 2016.


Le projet de vitrail d'Amandine Steck

Les travaux de restauration du chevet ont été financés par les dons versés pour le compte de la restauration de l’église de Bénerville à la Fondation du Patrimoine et par une subvention du conseil Général, le solde a été réglé par la commune de Bénerville-sur-Mer.

Les dons directement versés à l’A.P.P.B., ainsi que les bénéfices réalisées lors des manifestations, ont permis à l’A.P.P.B. de financer la restauration des colonnes de l’arc triomphal.
Un membre de l’Association, souhaitant conserver l’anonymat, a proposé de prendre en charge la restauration de la statue polychrome de la Vierge des Douleurs .



Le travail, confié à la restauratrice Laetitia Guillemin a été réalisé et les colonnes et la statue ont repris leur place dans l’église au courant de la saison pour le plus grand plaisir de tous.

VI.- Recherche de fonds pour la poursuite des travaux.

 

 

Mise en ligne : 7 novembre 2012

Dernière mise à jour
le 21 juin 2019